L’Art de la reliure cousue

Lorsqu’on réalise des carnets de voyage, quoi de mieux que de choisir ses propres papiers (texture, grammage, couleur, …) et de confectionner soi-même son carnet au format souhaité ! Il devient alors un objet unique, entièrement personnalisé de A à Z.

Je me suis donc lancée à la découverte de la reliure cousue lors d’une formation. La confection d’un carnet regroupe de multiples étapes.

En reliure artisanale, il existe plusieurs techniques de couture : la couture sur ficelles, sur rubans (en chanvre ou en coton) ou sur nerfs. J’ai pu me former à la technique sur rubans.

On place les rubans, sur le cousoir, le dos des cahiers près des rubans. Les cahiers sont percés en leur centre et fixés avec un fil de lin (fibre naturelle et d’une très grande solidité) les uns aux autres en entourant les rubans. On pratique un point de chaînette en tête et en queue pour passer d’un cahier à l’autre et reprendre la couture en sens inverse.

Suivra un nœud de tisserand pour terminer la couture. Les cahiers et les gardes sont ainsi rassemblés et maintenus parfaitement grâce à ces rubans.

Ensuite, vient le travail de la couverture, la mise en place du tranchefile en tête et en queue du carnet, du côté du dos et du signet.

Cette technique de reliure cousue, qui ne nécessite pas forcément d’importants matériels spécifiques, laisse place à la créativité et à la liberté d’imaginer chez soi ses carnets originaux :).

Le carnet peut être habillé de peau (cuir) sur laquelle on peut venir appliquer une dorure à l’impression à chaud. L’outil de dorure peut avoir l’apparence d’un poinçon gravé d’un motif unique (un fleuron, un filet par exemple) ou peut être un composteur (typographie), chauffé aux environs de 100 degrés.

Et si vous avez envie d’essayer : Moulin à papier de la Tourne – Les Marches (73)

moulin-a-papier.com / Page Facebook

 

Challenge One Week 100 people 2019

Petite rétrospective sur le challenge du mois d’avril !

Au mois d’avril, Marc Taro Holmes, urban sketcher et créateur du défi « One Week 100 people », a relancé le challenge pour cette année ! L’idée est de dessiner 100 personnes en 5 jours du 8 au 12 avril. Le véritable objectif de ce challenge sur 5 jours est la PRATIQUE ! Pas la perfection. Et tout en s’amusant ! Rien que pour le plaisir bien sûr !!! Et qu’importe son niveau de dessin.

Donc pourquoi pas me lancer ! L’objectif que je me suis donnée est de travailler sur la rapidité du tracé, c’est un excellent exercice d’observation car il oblige l’œil à repérer les traits essentiels du sujet. Essayer de capturer une multitude de trombines, une expression, une attitude, un geste ou un mouvement, sur un court instant, voir en moins d’une minute… empêche de s’attarder sur trop de détails.

C’est une pratique sur le vif dans laquelle je ne suis pas encore tout à fait à l’aise mais rien de tel que ce challenge intense pour m’entraîner, observer et identifier/corriger au mieux mes erreurs (et il y en a !) et enfin progresser !!! J’en ai profité pour tester sur chaque page différents médiums : crayon graphite, stylo, feutre, encre…

 

7è Rencontre Nationale Urban Sketchers France à Dijon

Du 31 mai au 2 juin 2019 s’est déroulée la Rencontre Nationale Urban Sketchers France à Dijon. Ce fut une première participation pour moi et une belle expérience ! 3 jours de pur plaisir pour explorer chaque recoin, ruelles, musées de cette magnifique ville en compagnie d’une belle bande de dessinateurs venus des quatre coins de la France (et voir même de plus loin), de tous niveaux confondus ! Plus de 350 participants ! Nous avons envahi les rues, à la grande surprise des locaux.

Rencontre USK Dijon2019
Photo : Marc Van Liefferinge

J’ai adoré être interrompue au cours d’un croquis par les passants curieux : « Faites-vous un concours de dessin ? »… « Où ça doit-être les élèves de l’école des Beaux-Arts qui s’entraînent !…. »

Ou ceux qui s’arrêtent pour discuter un moment, pour raconter un bout d’histoire de tel bâtiment ou de telle église désacralisée dont l’objectif  fut de réinventer un lieu, celui du théâtre Dijonnais, par exemple… Et autres anecdotes.

Dessiner dans la rue apporte ces petits moments agréables, ces rencontres impromptues, et provoque les échanges avec une telle facilité ! 🙂

Dijon, une ville où mes crayons n’ont pas eu beaucoup de répit ! Un vrai régal, grâce aux organisateurs ayant concocté de sacrés parcours comme inventaire graphique dans toute la ville, accompagnés de pauses gastro, de visites spéciales avec guide-conférencier. Et le repas de soirée où chacun a pu croquer son voisin sur la nappe en papier !

Quelques croquis faits in situ

3 jours de convivialité, de partage, d’engouement ! Prochain rendez-vous à la Rochelle en 2020 !

Week-end croquis à Marseille

Levée avant l’aube pour Marseille…. ça sent bon la criée du matin au vieux port, le petit air provençal, les sons chantants de l’accent marseillais, la musique rayonnante d’un morceau de Massilia Sound System…

Ce week-end du 23-24 Mars 2019, nous nous sommes retrouvées entre 6 « croqueuses », direction Marseille, pour dessiner et croquer sur le vif (et s’exercer entourées de public !), partager de bons moments et surtout pour se faire plaisir ! Rien de tel que de prendre le temps pour déambuler dans les différents quartiers, observer chaque recoin, chaque forme architecturale, s’arrêter et dégainer son crayon dès que notre regard aiguisé était attiré !

Technique : collage, crayon pastel, aquarelle… sur carnet Hahnemühle watercolor que j’adore !

Certains moments devenaient de drôles de petites scénettes lorsque nous nous posions à la queue leu-leu sur un trottoir, dans une rue étroite, pour pouvoir esquisser une devanture colorée, une ruelle pleine de vie comme dans le quartier du Panier. Et parfois entourées de passants jetant un petit coup d’oeil au-dessus de nos épaules pour regarder l’avancement de nos croquis. Nous avons pu profiter également de quelques conseils de la part de Sandra Roussy Menia, dessinatrice et artiste peintre, nous accompagnant lors de ce week-end.

Partir croquer en groupe est une belle expérience. La journée est rythmée de bonne humeur, de crayonnés et de partage 🙂

 

Reprise du Challenge – Hiver 2019

Les challenges de Ludivine Alligier ont continué cet hiver ! Pour ce second challenge, chaque semaine était rythmée par une série de dessins dont l’objectif fut la suggestion de textures, motifs, couleurs, …, pour ne pas tout dire !

Les sujets choisis étaient selon les envies : un fouillis (ou pas !) de végétaux, d’objets du quotidien, etc… En suivant le principe identique lors du premier challenge d’automne 2018 : dessiner au moins 10 min par jour !

Technique : crayon, feutre, aquarelle, encre de chine et pour le dernier du challenge, j’ai utilisé pour la première fois des pastels à l’huile. Tester une technique différente permet de sortir de son confort…

Technique : croquis sur papier recyclé enduit de geso pour pouvoir dessiner et peindre pleinement dessus, aquarelle.

Atelier « Maîtriser le portrait »

J’ai pu participer à un atelier donné par Marie Stricher, carnettiste lyonnaise, pour connaître/revoir les bases pour réussir un portrait. Savoir observer (le maître-mot) son sujet et essayer de distinguer tous les détails importants du visage (forme des yeux, implantation du cheveux, signes particuliers du visage, les zones d’ombre et de lumière, etc…) pour ainsi saisir au plus juste son modèle. Une journée riche en partage, en conseils, en exercices !

Un exercice à 4 !

D’après une photographie découpée en 4 morceaux, chacune a gardé un morceaux et l’a redessiné, choisissant sa propre technique et le résultat est étonnant ! Un chouette travail collectif et amusant.

J’ai eu même le droit (un plaisir !) à mon portrait réalisé par Marie en aquarelle (en démo) !

Stage_02.02.19 (2)

Blogs de Marie Stricher :

carnetsdevoyagesdelavagabonde.blogspot.com

croqueusecompulsiveleblog.blogspot.com